Notre intention de recherche


Notre intention de recherche traduit d’abord une préoccupation épistémologique : quoi apprendre à l’université au XXIe siècle ? Elle traduit aussi une préoccupation méthodologique : comment enseigner à l’université au XXIe siècle ? Elle repose sur le postulat que tout système éducatif ne vaut que ce que valent ses enseignants (UNESCO, 2014). Elle suppose la nécessité de considérer de manière équilibrée ces différents savoirs : descriptif (les faits), procédural (le comment), explicatif (le pourquoi) et comportemental (le vivre-ensemble). Alors que les trois premiers savoirs caractérisent la production et la diffusion actuelles du savoir universitaire, le quatrième, associé de manière générique au vivre-ensemble, doit être davantage considéré, cela afin de nous accomplir comme individus en interaction constante avec les autres, en société et au travail; afin de construire une société plus juste et plus prospère; afin de répondre aux défis mondiaux qui commandent désormais une posture transnationale et transdisciplinaire. Ces trois finalités s’inspirent du triptyque individu – société – espèce (Morin, 2004) qui caractérise ce qu’est (ou ce que devrait être) l’Humanité, au-delà du moralisme et du nihilisme ambiants.
Notre projet de recherche vise trois objectifs opératoires : (1)  modéliser le savoir didactique technologique de professeurs d’université dans leur pratique de formation à distance pour soutenir un apprentissage répondant aux défis du XXIe siècle (phases d’interprétation, de représentation, de conception incluant les valeurs, la mission et les orientations et d’adaptation); (2) analyser la vision de la pratique d’enseignement à distance de professeurs d’université en lien avec les valeurs, la mission et les orientations à développer en milieu universitaire pour soutenir un apprentissage répondant aux défis du XXIe siècle (tel que présenté dans les documents normatifs de l’UNESCO entre 2005 et maintenant); (3)  expliciter l’influence de la vision de la pratique de formation à distance de professeurs d’université sur des aspects de l’environnement numérique d’apprentissage (objectifs, tâches demandées aux étudiants, fonction du matériel d’enseignement, instrumentation de l’évaluation).
Notre projet de recherche s’inscrit à la jonction de nos travaux respectifs portant sur l’enseignement supérieur, des travaux que nous réalisons de manière collaborative plus intégrée, depuis un an. Jean Bernatchez (2016) s’intéresse au référentiel de l’UNESCO (2005) sur les sociétés du savoir et comment il est possible pour l’université de s’inspirer de ce modèle. Marie Alexandre (2017, soumis) s’inspire aussi de ce référentiel pour travailler à la modélisation du savoir-enseigner au XXIe siècle, fondée sur le processus didactique exercé en formation à distance, qui permet de relever le défi de l’accès le plus large possible au système universitaire tout en préservant la qualité des diplômes.

Commentaires